Mercato - Barça : agacé par Xavi, Frenkie de Jong bloque Bernardo Silva

Le départ de Frenkie de Jong constituerait une condition obligatoire pour le recrutement de Bernardo Silva (Manchester City) par le Barça. Le Néerlandais commencerait quant à lui à s’agacer des manigances de Xavi, qui lui préfère le Portugais.

Frenkie de Jong, Barcelone, Barça

Si l’on en croit les informations obtenues par TdF, Bernardo Silva ne pourra pas être recruté par le FC Barcelone si Frenkie de Jong ne rejoint pas un autre club. Le départ du Néerlandais serait nécessaire pour libérer de la place dans la masse salariale et renflouer les caisses, en vue d’un transfert élevé.

De Jong agacé par le jeu de Xavi ?

Gros souci, Frenkie de Jong commencerait à y voir clair dans le jeu de son entraîneur Xavi, dont les manigances l’agaceraient. Le technicien catalan lui préfèrerait le joueur de Manchester City, mais ne le lui aurait pas dit franchement. La situation est aussi rendue compliquée par le fait que le Barça doit de fortes sommes à son milieu de terrain. Comme indiqué ces dernières semaines, l’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam a accepté de réduire ses émoluments pour arranger le club catalan, qui était censé les lui reverser à partir de cet été. Or ses dirigeants souhaiteraient éviter d'avoir à régler la facture…

Le site internet précise par ailleurs que les négociations entre les Blaugranas et Bernardo Silva sont fructueuses. Un accord de principe aurait été trouvé pour un contrat de cinq ans. Le Barça espèrerait pouvoir valider son transfert pour un montant de 60 millions d’euros, bien que Manchester City en demande 80 millions. Tout dépendrait donc de Frenkie de Jong.

Malgré son niveau d'endettement et ses difficultés à enregistrer des joueurs, le Barça constitue le deuxième club le plus dépensier du mercato après Chelsea. Il n’a quasiment pas dégraissé et sa balance estivale affiche -130 millions d’euros. Pour compenser, les dirigeants ont activé plusieurs leviers pour réinjecter de la trésorerie (vente d'une partie des futurs droits TV, des droits à l'image, des Barça studios…). Une stratégie jugée dangereuse par les détracteurs de Joan Laporta.