Biographie et détails sur le joueur Antoine Griezmann

Considéré comme l’un des meilleurs joueurs français de l’histoire, 3e meilleur buteur des Bleus et champion du monde 2018, Antoine Griezmann possède un parcours atypique, lui qui n’a jusqu’à présent jamais évolué pour un club français. Zoom sur la carrière d’Antoine Griezmann.

Antoine Griezmann Atlético Madrid

S’exiler pour mieux réussir

Issu d’une famille de sportifs, à l’image de son père Alain, footballeur dans le club local de Mâcon, le petit Antoine se tourne très vite vers le ballon rond et son ambition prend rapidement forme : devenir joueur professionnel. Mais le jeune garçon a un défaut : sa petite taille et son physique trop frêle, qui freinent le parcours d’Antoine Griezmann et débouchent sur des refus répétés de la part des centres de formation français, où l’accent est mis sur la puissance athlétique.

La rencontre qui va changer la carrière d’Antoine Griezmann a lieu lorsque celui-ci croise la route d’Eric Olhats. Subjugué par la qualité technique et la vision du jeu hors-normes de l’attaquant, le recruteur le convainc de s’exiler en Espagne, du côté de San Sebastien, pour poursuivre son rêve à la Real Sociedad.

A seulement 13 ans, la distance qui le sépare de sa famille et de ses proches (800 km) est forcément mal vécue par le jeune Antoine et les premiers mois se révèlent difficiles pour lui. Finalement, le futur champion s’accroche et élit domicile chez Olhats, qui deviendra comme un second père pour lui.

Griezmann, la révélation à la Real Sociedad

Après un parcours sans grands éclats dans les équipes de jeunes de la Real, où il est souvent remplaçant, Griezmann parvient tout de même à intégrer la réserve du club basque. Ses performances remarquées lui valent ensuite d’être promu en équipe première à l’été 2009. A seulement 18 ans, le jeune homme décroche d’entrée sa place de titulaire et contribue activement à la remontée en Liga. Dès lors, le parcours d’Antoine Griezmann s’accélère.

Pendant les 4 saisons suivantes, le natif de Mâcon va peu à peu se faire un nom en Liga : 7 buts à chaque fois lors des deux premiers exercices, 10 en 2012/13 puis 16 en 2013/14. Forcément : ses performances ne passent pas inaperçues. Même en France. Son image en sélection a un temps été ternie par l’épisode de la fameuse virée nocturne en Espoirs avec Yann M'Vila, Chris Mavinga, Mbaye Niang et Wissam Ben Yedder à la veille d’un match important, ce qui lui vaudra un an de suspension par la FFF. Mais cela n’empêche pas le sélectionneur Didier Deschamps d’appeler Griezmann pour la première fois en A en mars 2014 puis de le sélectionner dans les 23 pour la Coupe du monde la même année. Avec un statut de quasi-titulaire à la clé et un parcours achevé en quarts de finale contre l’Allemagne (0-1).

La consécration à l’Atletico Madrid

L’année 2014 se révèle décidément charnière pour la carrière d’Antoine Griezmann puisqu’il signe durant l’été à l’Atletico Madrid, alors champion d’Espagne en titre, pour un montant de 30 millions d’euros. C’est sous les couleurs des Colchoneros que le Tricolore vivra ses plus belles heures en club. En 5 ans et 257 matchs, il inscrit 133 buts dans un rôle d’électron libre qui lui va à merveille et nécessite en contrepartie d’importants efforts défensifs dans le 4-4-2 de l’exigeant Diego Simeone, dont il est l’un des chouchous.

Avec l’Atletico, Griezmann essuiera quelques déceptions, notamment en 2016 avec les échecs à quelques semaines d’intervalle en finale de la Ligue des Champions puis avec les Bleus en finale de l’Euro à domicile. Mais il connaîtra aussi de beaux succès, à l’image du sacre en Ligue Europa en 2018 contre l’OM (3-0) quelques semaines avant la Coupe du monde 2018, le tournoi de sa vie.

Griezmann champion du monde

Leader technique des Bleus, Antoine Griezmann joue un rôle de premier plan dans la deuxième Coupe du monde décrochée par le football français : un but sur penalty en 8es de finale contre l’Argentine (4-3), un but et une passe décisive en quarts contre l’Uruguay (2-0), encore une passe décisive en demi-finales contre la Belgique (1-0), et enfin son implication sur 3 buts des Bleus, dont un penalty, en finale contre la Croatie (4-2). Avec un tel bilan, Griezmann termine logiquement 3e meilleur joueur du tournoi mais aussi 2e meilleur buteur (4 buts).

Les erreurs de com’

Quelques jours avant le Mondial, Griezmann, courtisé par le FC Barcelone, s’est mis en scène dans un documentaire intitulé “La Décision”. Dans celui-ci, le Français annonce qu’il restera finalement à l’Atletico, froissant les supporters catalans. Quelques semaines après l’épopée russe, ses propos maladroits disant qu’il se trouve à «la même table que Messi et Ronaldo» ne le serviront pas non plus et il terminera seulement 3e du Ballon d’Or.

Barcelone, son seul échec

Finalement, un an après lui avoir tourné le dos, le Français rejoint le Barça à l’été 2019 pour 120 millions d’euros, soit le montant de sa clause libératoire. Cette signature dans un top club européen est censé représenter l’aboutissement de la carrière d’Antoine Griezmann. Et pourtant… Entre ses supposées relations fraîches avec Lionel Messi à ses débuts, les fréquents changements d’entraîneur (Ernesto Valverde, Quique Setién et Ronald Koeman se succèdent), ses repositionnements successifs et son poids trop léger dans le jeu, Griezmann ne parviendra jamais véritablement à s’imposer en Catalogne, ne justifiant pas l’investissement consenti sur lui. Après deux étés riches en rumeurs de départ, le Tricolore se résout finalement à plier bagages à l’été 2022, après 3 saisons. Avec un seul trophée ajouté à son palmarès (la Coupe du Roi 2021) et surtout un bilan assez maigre de 35 buts en 102 matchs et un sentiment d’échec, du moins chez les observateurs extérieurs.

Un retour à l’Atletico qui commence mal

Pour relancer sa carrière, Griezmann opte naturellement pour l’Atletico, sous la forme d'un prêt d'un an, avec une année supplémentaire en option, ainsi qu’une obligation d'achat fixée à 40 millions d'euros. Malgré les sifflets d’une partie du public, les premières semaines sont encourageantes. Mais la suite se révèle plus compliquée et le Français ne marque plus aucun but à partir du 6 janvier, bouclant la saison sur une inédite série de 23 matchs sans marquer entre son club et l'équipe nationale. A quelques mois du Mondial 2022, le champion doit absolument se ressaisir !